Dans cette étable
Que Jésus est charmant,
Qu’Il est aimable
Dans cet abaissement!
Que d’attraits a la fois!
Tous les palais des rois
N’ont rien de comparable
Aux charmes que je vois
Dans cette étable.

Que Sa puissance
Paraît bien en ce jour,
Malgré l’enfance
Où l’a réduit l’amour!
Notre ennemi dompté,
L’enfer déconcerté,
Font voir qu’en Sa naissance
Rien n’est si redouté
Que Sa puissance.

Sans le connaître
Dans Sa divinité
Je vois paraître
Toute Sa majesté;
Dans cet Enfant Qui naît,
A Son aspect qui plaît,
Je découvre mon Maître
Et je sens ce qu’Il est
Sans le connaître.

Plus de misère!
Un Dieu souffre pour nous
Et de Son Père
Apaise le courroux;
C’est en notre faveur
Qu’Il naît dans la douleur;
Pouvait-Il pour nous plaire
Unir à Sa grandeur
Plus de misère?